Immunité innée : de Louis Pasteur à Jules Hoffmann (1865 – 2011)

L’immunité innée constitue la première ligne de défense contre les pathogènes, à l’inverse de la réponse d’immunité adaptative (avec production d’anticorps et mémoire), plus tardive et présente uniquement chez les vertébrés. Or la mise en place de cette dernière nécessite un délai de plusieurs jours. Jusqu’à récemment, on ne comprenait pas comment l’organisme pouvait résister pendant cette période à l’attaque d’un pathogène qui se multiplie toutes les 40mn ! La première ligne de défense est justement assurée par l’immunité innée.

Tags (Etiquettes)
BiologieSanté (Pharmacie, Médecine)
Catégories
Publications

Cet ouvrage examine la façon dont l’Immunité Innée a été découverte chez les Invertébrés. Il prend pour point de départ les travaux de Louis Pasteur sur une maladie du ver à soie et ceux d’Élie Metchnikoff, découvreur de la phagocytose. Il s’intéresse ensuite à André Paillot, qui démontre en 1920 l’existence chez l’Insecte d’une réponse humorale, sans rapport avec celle des Vertébrés. Enfin, Immunité innée montre comment le groupe dirigé par Jules Hoffmann a trouvé de fortes similitudes entre la réponse innée des insectes et des mammifères. C’est finalement la découverte d’un récepteur chez la drosophile, retrouvé chez l’homme, qui conduit à l’attribution du prix Nobel à Jules Hoffmann en 2011.

A propos de l’auteur :

Yves carton, Diplômé d’immunologie de l’institut Pasteur, est actuellement directeur de recherche émérite au CNRS-INEE, laboratoire EGCE (Univ Paris-Saclay/CNRS/IRD). Il se consacre à l’histoire des sciences, en particulier dans le domaine de l’entomologie, du darwinisme et de l’immunologie.

ISTE Editions – Septembre 2019 – 318p – 9,90€

Couverture version française
Allez plus loin